Plume d'Etoile

28 novembre 2012

Le doute n'est pas l'espoir. Le doute c'est ne pas tomber dans le désespoir.

Vous lavez compris, j'ai un peu abandonné ce blog depuis quelque temps. La motivation n'était plus là et d'autres problèmes dans la vie réelle ont fait que j'ai décidé de stopper celui ci.

Je continue donc ailleurs: http://cloudsandbloom.wordpress.com

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par lollynymphet à 14:24 - - Commentaires [0]

26 novembre 2012

Coté Face

Une fois n'est pas coutume, je vais vous parler d'un livre voyageur que j'ai lu dernièrement. 
Un livre voyageur, quézaco? C'est un livre qu'on fait circuler à travers une liste de noms bien précis, organisée par le ou la propriétaire de l'ouvrage. 
Cela permet de découvrir de nouveaux ouvrages qu'on aurait pas forcément acheté, et de faire de la place dans la bibliothèque déjà trop remplie.
Le livre que je vous présente ici a été mis en circulation par Stellabloggueuse et c'est un livre auto-produit, une façon de soutenir de nouveaux auteurs.

 

cotefa11

Résumé: J'étais en retard et su ce n'avait pas été le cas, jamais je n'aurai pris ce tram et jamais je ne l'aurai rencontré. Lui. Celui qui allait détruire ma vie en réveillant en moi une mémoire qui sommeillait eb moi et dont j'ignorais l'existence.

Un autre côté de moi-même.

"Te séduire, t'emmener, te torturer, te violer et t'assassiner."

J'avais une vie.

Ce que j'en pense: Ai je aimer ce livre? Je n'en sais rien... Je reste très perplexe sur ce livre, malgré le fait que ce soit une très jolie découverte.

Le fond de l'histoire est très intéressant, à base de pierre philosophale et de réincarnation. L'histoire d'amour entre Hyla et Nebel est vraiment belle, très intense et digne des plus grands contes de fées. Ils s'aiment à travers les siècles, le destin ne peut que les réunir. Et dès le début, on se doute comment cela va se finir, le happy end est trop prévisible, la question est plutôt de savoir comment ils vont y arriver. 
Et c'est la que ça se corse. On nous raconte des brides d'histoires, on nous donne des indices sur ce qui s'est passé, sans que jamais, on ne mette le doigts dessus. Peut-être ai-je un esprit trop "morbide" mais j'aurai aimé comprendre ce que faisait Côme à ces filles, j'aurai aimé savoir un peu plus en détail ce qui se passait pour qu'elles se mettent à errer tel des fantômes. Parce que je trouve qu'il y a quelques incohérences... Si elles étaient si torturées que ça, elles ne pourraient errer, ne pourraient encore tenir debout... Enfin bon, peut-être n'ai je pas tout compris...
De la même façon, un garçon essait de tuer notre héroïne, on ne sera jamais pourquoi. Peut-être s'était elle trop moquée de lui, c'est ce qui est laissé sous entendu, mais cela me parait une bien piètre raison par rapport à la torture psychologique et physique qu'il lui fait subir. On aurait pu croire en la réincarnation du méchant de l'histoire, mais on apprends à la fin, lors du face à face final que ce n'est pas le cas. Alors pourquoi?
J'aurai aimé savoir, avoir une fin à cette histoire.
Enfin, comme l'héroïne peut encore sentir la pierre philosophale alors que ce n'est qu'une réincarnation, qu'elle ne fait que se souvenir de son ancienne vie? Elle ne peut l'avoir en elle, malgré la cicatrice qui réapparait comme un marqueur que c'est bien la même à travers les siècles, mais à moins que la pierre puisse elle aussi se réincarner, cela me semble très abstrait. J'aurai aimé que l'auteur développe un peu plus ce passage.

Mais plus que le fond, c'est la forme qui m'a dérangée. Ce livre est à la première personne, toujours à travers les yeux de l'héroïne dont on se sait que le nom d'avant "Hyla" (qui n'est d'ailleurs même pas le sien). Et on évolue à travers les siècles. Un chapitre dans le présent, puis un au 18ème, puis un au 19ème, puis retour en arrière, puis bond dans le présent...etc. C'est un peu décousu. Alors pour nous aider, il y a une note de bas de page sur les chapitres qui se passent dans les siècles passés "X années avant le pique nique (chapitre 28)", notes bien utiles mais qui se sont révélées fausses à un moment donné... Sûrement un problème d'imprimerie mais bon, cela m'a dérangé. En fait, même le système de notes m'a gênée. Je pense qu'un bon livre doit avoir un fil rouge, et que normalement si ce fil est là et qu'il est bien en place, le lecteur ne doit pas avoir besoin de ce genre de notes. En mettre, c'est un peu avouer que ce fil est décousu, pas très tenu. 

Malgré tout, j'ai aimé la façon d'écrire de l'auteur et je trouve son idée vraiment bien, juste pas assez aboutie. Mais c'est son premier roman, je pense que les prochains seront meilleurs. Il existe d'ailleurs une suite "Noces de lune" que je lirai peut-être si j'arrive à mettre la mai  dessus.
De plus, je pense que certains points que j'ai soulevé ici, devrait être vite résolu, en effet, l'auteur a signé un contrat avec une maison d'édition qui devrait donc reprendre le texte et le corriger je pense.

Et pour finir un bon point, l'auteur insère des extraits des Goethe dans son histoire et je trouve cela particulièrement bien pensé et joli.

Quelques petits détails: 
Temps de lecture: Il m'a fallu 2 bonnes semaines car j'ai pris beaucoup de temps à accrocher au début. L'histoire ne devient accrochante qu'à la fin du premier tiers... Mais je pense qu'en 2-3h il est terminé.
Nombre de pages: 446 
Prix: ?? Il n'est plus disponible à l'achat actuellement, il devrait être ré-édité en 2013.
Note: 11.5/20 

 

Challenge où sont les hommes

A cause de Nebel, qui même quand il apprend la vérité ne peut pas ne plus aimer Hyla, parce qu'il la cherche pendant des sicèles, parce qu'il l'attends, parce qu'il la sauve... Parce qu'il l'aime.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par lollynymphet à 10:51 - - Commentaires [0]
Tags : ,
11 novembre 2012

Quand le tigre bondit...

Ce billet est sponsorisé

margaux-fragoso-tigre-tigre

Résumé de l'éditeur: Par une belle journée d’été, Margaux Fragoso rencontre Peter Curran à la piscine de son quartier, et ils commencent à jouer. Elle a sept ans ; il en a cinquante-et-un. Quand Peter l’invite chez lui avec sa mère, la petite fille découvre un paradis pour enfants composé d’animaux exotiques et de jeux. Peter endosse alors progressivement, insidieusement, le rôle d’ami, puis de père et d’amant. Charmeur et manipulateur, Peter s’insinue dans tous les aspects de la vie de Margaux, et transforme l’enfant affectueuse et vive en une adolescente torturée. Lyrique, profond et d’une limpidité hypnotique, Tigre, tigre ! dépeint d’une manière saisissante les forces opposées de l’emprise et de la mémoire, de l’aveu et du déni, et questionne nos capacités de guérison. Un récit extraordinaire qui dévoile de l’intérieur la pensée d’une jeune fille au bord de la chute libre.

 

Ce que j'en pense: Que dire de ce livre... Je reste tellement perdue après la lecture de ce livre. Le dégoût, le malaise mais aussi une certaine tendresse se disputent en moi.
C'est donc une auto biographie. Celle d'une petite fille, puis d'une ado et enfin d'une femme qui va avoir une relation avec un pédophile pendant plus de quatorze ans. Quatorze très longues années. Quatorze ans où son dégoût, sa peur va se mêler à l'amour qu'elle porte à cet homme. Allant même jusqu'à se "marier" avec lui. 

On a suit donc Margaux. Au début, quand tout va mal chez elle, puis quand elle rencontre Peter. Cet homme qui va devenir son rayon de soleil dans sa vie si noir pour une enfant de 7 ans, cet homme qui va devenir comme le père aimant qu'elle voulait enfant. Il va la façonner, tout doucement, pour en faire l'enfant-objet parfait dont il rêve. Sans que personne ne s'en rende compte, ils vont devenir interdépendant l'un de l'autre. Lui, de cette enfante qui l'accepte, elle de cet amour, de l'image qu'il lui renvoie d'elle même. Ils deviennent comme une sorte de drogue l'un pour l'autre, une drogue violente, cruelle, mais une drogue où parfois une pointe de tendresse perce. Certainement, cela n'est qu'un symptôme du syndrome de Stockholm, mais une relation s'est installée après tant d'années, bourreau et victime, chacun à leur manière. 
Chacun aspire à des choses perdues à jamais, qu'ils ne peuvent retrouver, si un jour elles ont existé. Deux êtres meurtris par la vie qui se retrouvent, même si cela n'excuse en rien les agissements de Peter. 
Peter d'ailleurs m'a surpris plus d'une fois. Quand on pense pédophilie, on pense viol. Pourtant Margaux reste vierge jusque tard, jusqu'à ce qu'elle insiste, qu'elle demande à aller plus loin... Dans l'espoir de changer de vie. 
De même, Peter accorde une grande importance aux désirs de Margaux, il l'a comble et lui cède tous ses caprices, comme pour essayer d'effacer toutes les fautes qu'il commet dans leur intimité. Une sorte d'échange s'instore entre eux. Un échange pesant sur la fin, sans aucun des deux n'arrivent à mettre un terme à cette relation destructive. Ce sera au final la mort de Peter, son suicide, qui leur permettra de se quitter. Laissant en suspense un très grand nombre de questions qui resteront certainement sans réponse. 
Aujourd'hui, Margaux a reconstruit sa vie, elle a avancé et essayé de réparer les erreurs du passé, de casser le cercle vicieux engagé des années auparavant par sa famille. 
La fin n'est pas heureuse, on ne peut pas dire ça, le mal qui a été fait restera toujours gravé quelque part, mais la vie continue. 

L'auteur, Margaux Fragoso, écrit mais ne juge pas, jamais. Elle relate ses souvenirs, ceux de Peter, ce qu'elle a entendu, vécu. Mais jamais, elle ne juge Peter, ne le dénigre véritablement. Elle n'en fait pas un psychopate robot qui saute sur tous les enfants qu'il croise. Elle ose le rendre humain, l'intimité qu'elle a vécu pendant si longtemps lui permettant de parler de lui sans détour. Il y a même une certaine tendresse dans certaines de ses phrases. 
C'est avant tout l'histoire de deux personnes à la dérive, à mon sens. Deux personnes avec une histoire horrible, mais deux êtres humains quand même. 

Malgré tout, j'avoue avoir eu la nausée en refermant ce livre. Il m'a véritablement dérangé. Il m'a d'ailleurs fallu quasiment une semaine pour le lire, ce qui est long chez moi. Pourtant, je l'ai bien aimé. enfin il m'a plu. C'est pas un livre que je relirai tous les quatres matins, mais c'est un livre qui restera dans ma bibliothèque. Un livre qui me suivra. Parce que le message derrière tout ça est beau, parce qu'il y a toujours de l'espoir, dans chacun de nous et dans chaque situation.

Pour finir, une des dernière phrase de Margaux: " le silence et le déni sont exactement les forces sur lesquelles comptent tous les pédophiles pour que leurs vrais mobiles restent cachés".

Quelques petits détails: 
Temps de lecture: ~ 4h si on le lit d'une traite j'imagine. Mais personnellement, je n'ai pas pu. J'ai eu besoin de pauses.
Nombre de pages: 413 dont 392 de roman pur. 
Prix: 21€ en neuf, mais on peut le trouver à partir de 11€ sur Price Minister
Note: 16,5/20 parce qu'il m'a quand même beaucoup plu!

Je tiens à remercier  PriceMinister pour m'avoir permis de lire ce livre dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire.

78926050_p

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
07 novembre 2012

L'enthousiasme est la base de tout progrès - H. Ford

Un mois sans blog. Et même un peu plus vu mon implication les derniers temps... 

Presque deux mois au final.

Deux mois, c'est le temps qu'il m'a fallu pour remettre de l'ordre dans ma vie, affronter mes questions, mes problèmes de coeur et de santé, regarder la réalité en face. 
Je suis une rêveuse, je ne le nie pas, et parfois, quand tout va mal, je préfère me réfugier dans mon monde. C'est mal, car parfois il faut se motiver pour se réaliser...
Il m'a donc fallu un peu de temps, pour retrouver mon enthousiasme habituel, pour enlever ce masque qui s'accrochait à moi depuis plusieurs mois.

La plupart de mes décisions ont été brutales, incompréhensibles pour les gens qui ne me connaissaient pas vraiment. Les plus proches ayant senti le vent tourné, il y a bien longtemps... Des décisions sous le signes du dieu éléphant et de sa souris trop mimi. 
Alors bien sûr, pour ceux qui n'avaient rien vu venir, je tourne telle une girouette, je suis aussi fugace que le vent et je ne semble au final jamais m'accrocher nulle part. Pourtant... mes envies restent les mêmes, mes idéaux et mes rêves n'ont jamais changé, n'ont jamais bougé d'un iota toutes ces années... 

Enfin, bref. Je reviens là où je me sens toujours chez moi, sur ce bout de toile qui n'appartient qu'à moi, où je peux écrire et dire ce que je veux. 
Tous plein de chroniques jamais publiées vont l'être, des partenariats littéraires aussi et les reviews des colis que j'ai reçu.

Je vous laisse sur une vidéo qui m'a fait pas mal de bien pendant ces dernières semaines. Parce que les gens oublient un peu, beaucoup, qu'on est au XXIe siècle et que je suis une jeune femme tout ce qu'il y a de plus indépendante...

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par lollynymphet à 11:44 - - Commentaires [0]
Tags : , ,
07 octobre 2012

A la découverte de Sophie Kinsella

Dernièrement, j'ai lu mon tout premier Kinsella. Un livre que j'ai appréhendé par peur d'être déçue, par peur de ne pas aimer un si grand nom de la Chick Lit. Sachant que beaucoup de livres du challenge associé proviennent d'elle, imaginée ma torture si je n'aimais pas sa façon d'écrire.

Alors j'ai commencé petit, mais au final, son humour fait qu'on n'a pas envie de lâcher ses livres facilement, surtout que l'action ne s'arrête jamais. Et je pense que c'est l'atout majeur des livres de cet auteur, on les lit rapidement, comme un shoot de détente et de bonheur, les livres étant plutôt bien construits et petits. Aucun pavé qui semblerait indigeste et lourd.

J'ai finalement lu trois de ses livres à la suite, entre-coupé de classiques. Le principe étant toujours le même dans mes lectures: un livre classique ou contemporain puis un livre de chick lit, de bit-lit ou young adult en alternance. Comme ça, ça me permet de m'aérer l'esprit entre deux pavés, ou deux livres m'ayant retourné le coeur et/ou la tête. 

 

samantha bonne à rien faire

Samantha bonne à rien faire:

Résumé: Pas de soirées, pas de week-ends, pas de vacances, pas d'amoureux : Samantha, la trentaine, ne vit que pour son boulot d'avocate d'affaires, et pour l'importante promotion dont elle devrait bientôt bénéficier. Hélas ! elle commet une grosse boulette. En une journée, elle fait perdre à son meilleur client plus de cinquante millions de livres. Désespérée, elle prend le premier train pour la campagne et, sur un malentendu, se fait embaucher comme gouvernante chez un couple de charmants excentriques. Micro-ondes, fer à repasser, aspirateur, Samantha va découvrir un monde inconnu peuplé d'objets étranges. Et comprendre qu'on peut avoir 168 de Q.I. et ne pas savoir mettre en route une machine à laver. Mais, surtout, Samantha va réaliser, entre deux tournées de lessive, que le bonheur est peut-être dans le pré...

Ce que j'en pense: Mon tout premier, celui que j'ai reculé à lire. Il m'a fallu les deux premiers chapitres pour trouver l'héroïne intéressante, même si je lui aurai bien foutu quelques baffes pendant tout le long du livre. Elle qui se voit comme une femme battante, elle se laisse porter par le flot des événements pendant le premier bon quart du livre. Avant de se rendre compte qu'il va bien falloir se retrousser les manches à un moment donné. Et c'est là que ça devient passionnant. On veut savoir ce qui va arriver à notre héroïne, si anti-héroïne justement, et comment elle va réussir à se dépêtrer de ses mensonges et ses problèmes. Et quand enfin, on croit que tout est bien qui finit bien, l'auteur nous surprend en revenant sur un point de l'intrigue de base, point qu'on croyait clôturer, qu'on croyait résolu. La solution se fait et les conséquences ne tardent pas à arriver. Mais Samantha se dépatouille de tout, on est quand même dans la Chick Lit, il faut que cela se termine bien. Mais la façon dont elle le fait est tout simplement drôle. Et c'est là tout l'inérêt de cet ouvrage, c'est fait pour passer un agréable moment, sans prise de tête, sans réflexion aucune, juste lire avec un grand sourire jusqu'aux oreilles. Il y a bien une morale, mais tellement légère qu'on peut l'ignorer sans aucun problème. De toute façon, le but n'est pas de nous plonger sans des réflexions interminables.
En conclusion, un premier livre que je ne regrette pas, et qui loin de me dégoûter de l'auteur m'a donné envie d'en lire deux de plus.

 

les petits secrets d'EmmaLes petits secrets d'Emma:

Résumé: Ce n'est pas qu'Emma soit menteuse, c'est juste qu'elle a des petits secrets. Des trucs pas bien méchants. Par exemple, elle fait un bon 40, pas du 36. Elle trouve que Connor, son petit ami, ressemble étrangement au Ken de Barbie. Elle ne supporte pas les strings. Elle a très légèrement embelli son CV. Elle déteste sa cousine Kerry. Et avec Connor, au lit, c'est pas franchement l'extase. Bref, rien de bien méchant, mais plutôt mourir que de l'avouer.
Mourir ? Justement ! Lors d'un voyage en avion passablement mouvementé, Emma croit bien voir sa dernière heure arriver. Prise de panique, elle déballe tout au séduisant inconnu assis à côté d'elle.
Sans savoir que l'inconnu en question n'est autre que son P.-D.G. Passé le soulagement de sortir vivante de ce vol infernal, Emma réalise qu'elle vient de se mettre dans une situation pour le moins embarrassante…

Ce que j'en pense: Emma a des petits secrets comme tout le monde. Mais des petits secrets qu'elle se cache même à elle même. Par peur, par lâcheté. Parce qu'il faut bien avouer que parfois c'est plus simple le chemin tout tracer que de le remettre en question, même si elle est malheureuse. 
Mais voilà, elle va déballer dans l'avion, tous ces secrets a un parfait inconnu, qu'elle va recroiser bien vite. S'en suit un jeu du chat et de la souris tout ce qui a de plus commun, même si ce qu'il lui offre est loin de l'être. Et comme dans Samantha, il y avait un rebondissement de dernière minute, rebondissement que je suis loin d'avoir vu venir, mais une fois celui-ci en place, la fin était toute tracée. J'ai eu bien plus de mal à accrocher à cette héroïne que je trouve bien moins bien que celle de Samantha. De plus, Jack ne me plaisait qu'à moitié, car son secret à lui, s'il est important, ne justifie pas sa conduite envers Emma. 
Par contre, j'ai beaucoup aimé les personnages secondaires, qui sont plutôt attachants, comme ces parents qui 15 ans après ouvrent les yeux sur les manigances de la cousine.
Mais j'avoue que j'ai peut-être été un peu plus sévère sur ce livre là, je sortais d'Orgueil et Préjugés avec le beau Mr Darcy, alors forcément, tout me paraît bien moins maintenant :)

En conclusion, un peu en dessous de Samantha, mais cela m'a plus quand même, parfait pour attendre un bel inconnu (ou pas) sur la terrasse d'un café. 

 

lexi smart a la mémoire qui flancheLexi Smart a la mémoire qui flanche:

Résumé: Ce qu'on appelle un trou noir. Le black-out. Quand Lexi se réveille à l'hôpital, trois ans de sa vie se sont envolé. Entre-temps, Lexi la looseuse aux dents de travers, flanquée d'un boyfriend minable, a fait place à Lexi-les-dents-longues, wonder woman bien mariée, mal entourée, sapée luxe... Où, quand, comment? Mystère et boule de gomme. Une chôse est sûre: sa nouvelle vie ne lui ressemble plus. Remue-méninges en perspective...

Ce que j'en pense: Alexia Smart se réveille donc un matin après une nuit très arrosée, dans l'aile privé d'un hôpital. Persuadée qu'elle est tombée sur la tête lors de sa sortie de boîte une nuit de février 2004, elle va très vite découvrir que c'est un accident de voiture dont elle n'a aucun souvenir qui est la cause de sa présence dans cet endroit luxueux. Et qu'elle est en mai 2007. Trois longues années effacées de sa mémoire. Trois années pendant lesquelles elle a été promu et s'est mariée à un jeune homme des plus charmants. Un vrai conte de fée, mais qui peu à peu - alors que Lexi essait de retrouver sa place - se fissure jusqu'à se briser. Au final, une sorte de Cendrillon à l'envers.
En effet, Lexi se réveille dans une vie magnifique mais superficielle et très rapidement se rend compte qu'elle se perd/s'est perdue elle-même dans celle-ci. Elle n'était pas heureuse avant l'accident, et malgré ses efforts pour le devenir, finit par s'ennuyer à nouveau dans cette vie, un peu trop parfaite. Elle va finalement faire une long chemin en sens inverse, afin de (re)trouver sa propre vie, ses propres envies, ses rêves... 
Personnellement, j'ai dévoré ce livre en une nuit, je voulais savoir la fin de l'histoire, si elle allait oui ou non retrouver la mémoire. 

En conclusion: 3 livres parfaits pour se détendre et pour découvrir Sophie Kinsella, une des reines du genre Chick-lit. 
400 pages en moyenne qui se lisent très rapidement, 2-3h maximum, un trajet en train, une soirée enroulée dans les couvertures, et le tout à petit prix, environ 8€ en poche par roman. 
Et dans chacun des romans, un beau garçon pour aider notre héroïne et l'aider à (re)trouver le droit bon chemin, celui qui la rendra heureuse. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Newsletter
« septembre 2016 
dimlunmarmerjeuvensam
    1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
Catégories
Hébergement photos